Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jo ai cunté n’i ad mais que .VII. liwes.
2760L’amirail dites que sun host i amein.
Par vos li mand bataille i seit justee. »
De Sarraguce les clefs li ad livrees.
Li messager ambedui l’enclinerent,
Prenent cunget, a cel mot s’en turnerent.

CXCIX

2765Li dui message es chevals sunt muntet.
Isnelement issent de la citet,
A l’amiraill en vunt esfreedement,
De Sarraguce li presentent les clés.
Dist Baligant : « Que avez vos truvet ?
2770U est Marsilie, que jo aveie mandet ? »
Dist Clarïen : « Il est a mort naffret.
Li emperere fut ier as porz passer,
Si s’en vuleit en dulce France aler.
Par grant honur se fist rereguarder :
2775Li quens Rollant i fut remés, sis niés,
E Oliver e tuit li .XII. per,
De cels de France .XX. milie adubez.
Li reis Marsilie s’i cumbatit, li bers.
Il e Rollant el camp furent remés :
2780De Durendal li dunat un colp tel
Le destre poign li ad del cors sevret.
Sun filz ad mort, qu’il tant suleit amer,
E li baron qu’il i out amenet.
Fuiant s’en vint, qu’il n’i pout mès ester.
2785Li emperere l’ad enchacet asez.
Li reis vos mandet que vos le sucurez.
Quite vus cleimet d’Espaigne le regnet. »