Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


D’ures ad altres si se vait escriant :
« Venez, paien, car ja s’en fuient ferant ! » AOI.

CCIII

2845Al matin, quant primes pert li albe,
Esveillez est li emperere Carles.
Sein Gabriel, ki de part Deu le guarde,
Levet sa main, sur lui fait sun signacle.
Li reis descent, si ad rendut ses armes.
2850Si se desarment par tute l’ost li altre.
Puis sunt muntet, par grant vertut chevalchent
Cez veiez lunges e cez chemins mult larges,
Si vunt vedeir le merveillus damage
En Rencesvals, la o fut la bataille. AOI.

CCIV

2855En Rencesvals en est Carles venuz.
Des morz qu’il troevet cumencet a plurer.
Dist a Franceis : « Segnus, le pas tenez,
Kar mei meïsme estoet avant aler
Pur mun nevold que vuldreie truver.
2860A Eis esteie, a une feste anoel,
Si se vanterent mi vaillant chevaler
De granz batailles, de forz esturs pleners.
D’une raisun oï Rollant parler :
Ja ne murreit en estrange regnet
2865Ne trespassast ses humes e ses pers ;
Vers lur païs avreit sun chef turnet ;
Cunquerrantment si finereit li bers. »
Plus qu’en ne poet un bastuncel jeter,
Devant les altres est en un pui muntet.