Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CCXVI

Par fut le champ cil de France descendent.
3000Plus de cent milie s’en adubent ensemble.
Guarnemenz unt ki ben lor atalentent,
Cevals curanz e lur armes mult gentes,
Puis sunt muntez e unt grant science.
S’il troevent oi, bataille quident rendre.
3005Cil gunfanun sur les helmes lur pendent.
Quant Carles veit si beles cuntenances,
Sin apelat Jozeran de Provence,
Naimon li duc, Antelme de Maience :
« En tels vassals deit hom aveir fiance !
3010Asez est fols ki entr’els se demente.
Si Arrabiz de venir ne se repentent,
La mort Rollant lur quid cherement rendre. »
Respunt dux Neimes : « E Deus le nos cunsente ! » AOI

CCXVII

Carles apelet Rabel e Guineman.
3015Ço dist li reis : « Seignurs, jo vos cumant,
Seiez es lius Oliver e Rollant :
L’un port l’espee e l’altre l’olifant,
Si chevalez el premer chef devant,
Ensembl’od vos. XV. milie de Francs,
3020De bachelers, de noz meillors vaillanz.
Après icels en avrat altretant,
Sis guierat Gibuins e Guinemans. »
Naimes li dux e li quens Jozerans
Icez eschieles ben les vunt ajustant.
3025S’il troevent oi, bataille i ert mult grant. AOI.