Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/257

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CCXXI

LE sixième corps de bataille, ils l’ont fait de Bretons. Ils ont là trente mille chevaliers. Ceux-là chevauchent en vrais barons : ils portent des lances dont la hampe est peinte, leurs gonfanons flottent au vent. Leur seigneur se nomme Eudon. Il appelle le comte Nevelon, Tedbald de Reims et Oton le marquis : « Guidez ma gent, je vous remets cet honneur. »

CCXXII

L’EMPEREUR a six corps de bataille formés. Le duc Naimes établit alors le septième. Il est fait des Poitevins et des barons d’Auvergne. Ils peuvent être quarante mille chevaliers. Ils ont de bons chevaux et leurs armes sont très belles. Ils se forment à part dans un val au pied d’un tertre, et de sa main droite Charles les bénit. Jozeran et Godselme mèneront ceux-là.

CCXXIII

ET le huitième corps de bataille, Naimes l’a formé de Flamands et de barons de Frise ; ils ont plus de quarante mille chevaliers. Là où ils seront, jamais bataille ne fléchira. Le roi dit : « Ceux-là feront bien mon service. » À eux deux, Rembalt et Hamon de Galice les guideront en bons chevaliers.