Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CCXXIV

3075Entre Naimon et Jozeran le cunte
La noefme eschele unt faite de prozdomes,
De Loherengs e de cels de Borgoigne.
.L. milie chevalers unt par cunte,
Helmes laciez e vestues lor bronies ;
3080Espiez unt forz e les hanstes sunt curtes.
Si Arrabiz de venir ne demurent,
Cil les ferrunt, s’il a els s’abandunent ;
Sis guierat Tierris, li dux d’Argone. AOI.

CCXXV

La disme eschele est des baruns de France.
3085Cent milie sunt de noz meillors cataignes ;
Cors unt gaillarz e fieres cuntenances ;
Les chefs fluriz e les barbes unt blanches,
Osbercs vestuz e lur brunies dubleines,
Ceintes espees franceises e d’Espaigne ;
3090Escuz unt genz, de multes cunoisances.
Puis sunt muntez, la bataille demandent ;
Munjoie escrient ; od els est Carlemagne.
Gefreid d’Anjou portet l’orie flambe :
Seint Piere fut, si aveit num Romaine ;
3095Mais de Munjoie iloec out pris eschange. AOI.

CCXXVI

Li emperere de sun cheval descent,
Sur l’erbe verte se est culchet adenz,
Turnet sun vis vers le soleill levant,
Recleimet Deu mult escordusement :
3100« Veire Paterne, hoi cest jor me defend,