Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Quant de Franceis les escheles vit rumpre,
Si apelat Tierri, le duc d’Argone,
3535Gefrei d’Anjou e Jozeran le cunte ;
Mult fierement Carlun en araisunet :
« Veez paien cum ocient voz humes !
Ja Deu ne placet qu’el chef portez corone,
S’or n’i ferez pur venger vostre hunte ! »
3540N’i ad icel ki un sul mot respundet ;
Brochent ad eit, lor cevals laissent cure,
Vunt les ferir la o il les encuntrent. AOI.

CCLVII

Mult ben i fiert Carlemagnes li reis,
Naimes li dux e Oger li Daneis,
3545Geifreid d’Anjou, ki l’enseigne teneit.
Mult par est proz danz Ogers li Daneis :
Puint le ceval, laisset curre ad espleit,
Si vait ferir celui ki le dragun teneit,
Qu’Ambure cravente en la place devant sei
3550E le dragon e l’enseigne le rei.
Baligant veit sun gunfanun cadeir
E l’estandart Mahumet remaneir :
Li amiralz alques s’en aperceit
Que il ad tort e Carlemagnes dreit.
3555Paien d’Arabe s’en turnent.....
Li emperere recleimet ses Franceis :
« Dites, baron, por Deu, si m’aidereiz. »
Respundent Francs : « Mar le demandereiz.
Trestut seit fel ki n’i fierget a espleit ! » AOI.