Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Fruissent les ymagenes e trestutes les ydeles :
3665N’i remeindrat ne sorz ne falserie.
Li reis creit en Deu, faire voelt sun servise,
E si evesque les eves beneïssent,
Meinent paien entesqu’al baptisterie :
S’or i ad cel qui Carle cuntredie,
3670Il le fait pendre o ardeir ou ocire.
Baptizet sunt asez plus de .C. milie
Veir chrestien, ne mais sul la reïne.
En France dulce iert menee caitive :
Ço voelt li reis par amur cunvertisset.

CCLXVII

3675Passet la noit, si apert le cler jor.
De Sarraguce Carles guarnist les turs ;
Mil chevalers i laissat puigneürs ;
Guardent la vile a oes l’empereor.
Muntet li reis e si hume trestuz
3680E Bradimonie, qu’il meinet en sa prisun ;
Mais n’ad talent que li facet se bien nun.
Repairez sunt a joie e a baldur.
Passent Nerbone par force e par vigur ;
Vint a Burdeles, la citet de.....
3685Desur l’alter seint Sevrin le baron
Met l’oliphan plein d’or e de manguns :
Li pelerin le veient ki la vunt.
Passet Girunde a mult granz nefs qu’i sunt ;
Entresqu’a Blaive ad cunduit sun nevold
3690E Oliver, sun nobilie cumpaignun,
E l’arcevesque, ki fut sages e proz.