Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


En blancs sarcous fait metre les seignurs,
A Seint Romain : la gisent li baron.
Francs les cumandent a Deu e a ses nuns.
3695Carles cevalchet e les vals e les munz ;
Entresqu’a Ais ne volt prendre sujurn.
Tant chevalchat qu’il descent al perrun.
Cume il est en sun paleis halçur,
Par ses messages mandet ses jugeors,
3700Baivers e Saisnes, Loherencs e Frisuns ;
Alemans mandet, si mandet Borguignuns
E Peitevins e Normans e Bretuns,
De cels de France des plus saives qui sunt.
Des ore cumencet le plait de Guenelun.

CCLXVIII

3705Li empereres est repairet d’Espaigne
E vient a Ais, a meillor sied de France ;
Muntet el palais, est venut en la sale.
As li Alde venue, une bele damisele.
Ço dist al rei : « O est Rollant le catanie,
3710Ki me jurat cume sa per a prendre ? »
Carles en ad e dulor e pesance,
Pluret des oilz, tiret sa barbe blance :
Soer, cher’amie, d’hume mort me demandes.
Jo t’en durai mult esforcet eschange :
3715Ço est Loewis, mielz ne sai a parler ;
Il est mes filz e si tendrat mes marches. »
Alde respunt : « C’est mot mei est estrange.
Ne place Deu ne ses seinz ne ses angles
Après Rollant que jo vive remaigne ! »