Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Si me jugat a mort e a dulur.
Message fui al rei Marsiliun ;
Par mun saveir vinc jo a guarisun.
3775Jo desfiai Rollant le poigneor
E Oliver e tuiz lur cumpaignun :
Carles l’oïd e si nobilie baron.
Venget m’en sui, mais n’i ad traïsun. »
Respundent Francs : « A conseill en irums. »

CCLXXIV

3780Quant Guenes veit que ses granz plaiz cumencet,
De ses parenz ensemble en i out trente.
Un en i ad a qui li altre entendent :
Ço est Pinabel, del castel de Sorence ;
Ben set parler e dreite raisun rendre ;
3785Vassals est bons por ses armes defendre. AOI.
Ço li dist Guenes : « En vos..... ami.....
Getez mei hoi de mort e de calunje ! »
Dist Pinabel : « Vos serez guarit sempres.
N’i ad Francès ki vos juget a pendre,
3790U l’emperere les noz dous cors en asemble,
Al brant d’acer que jo ne l’en desmente. »
Guenes li quens a ses piez se presente.

CCLXXV

Bavier e Saisnes sunt alet a conseill
E Peitevin e Norman e Franceis ;
3795Asez i ad Alemans e Tiedeis ;
Icels d’Alverne i sunt li plus curteis.
Pur Pinabel se cuntienent plus quei.
Dist l’un a l’altre : « Bien fait a remaneir !