Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Escrient Franc : « Deus i ad fait vertut !
Asez est dreiz que Guenes seit pendut
E si parent, ki plaidet unt pur lui. » AOI.

CCLXXXVII

Quant Tierris ad vencue sa bataille,
3935Venuz i est li emperere Carles,
Ensembl’od lui de ses baruns ad quatre,
Naimes li dux, Oger de Danemarche,
Geifrei d’Anjou e Willalme de Blaive.
Li reis ad pris Tierri entre sa brace,
3940Tert lui le vis od ses granz pels de martre,
Celes met jus, puis li afublent altres ;
Mult suavet le chevaler desarment.
Munter l’unt fait en une mule d’Arabe ;
Repairet s’en a joie e a barnage ;
3945Vienent ad Ais, descendent en la place.
Dès ore cumencet l’ocisiun des altres.

CCLXXXVIII

Carles apelet ses cuntes e ses dux :
« Que me loez de cels qu’ai retenuz ?
Pur Guenelun erent a plait venuz,
3950Pur Pinabel en ostage renduz. »
Respundent Franc : « Ja mar en vivrat uns ! »
Li reis cumandet un soen veier, Basbrun :
« Va, sis pent tuz a l’arbre de mal fust !
Par ceste barbe dunt li peil sunt canuz,
3955Se uns escapet, morz iez e cunfunduz. »
Cil li respunt : « Qu’en fereie jo el ? »
Od .C. serjanz par force les cunduit.