Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXVI

« Sire, » dist Guenes, « dunez mei le cungied.
Quant aler dei, n’i ai plus que targer. »
Ço dist li reis : « Al Jhesu e al mien ! »
340De sa main destre l’ad asols e seignet,
Puis li livrat le bastun e le bref.

XXVII

Guenes li quens s’en vait a sun ostel,
De garnemenz se prent a cunreer,
De ses meillors que il pout recuvrer :
345Esperuns d’or ad en ses piez fermez,
Ceint Murglies, s’espee, a sun costed ;
En Tachebrun, sun destrer, est munted ;
L’estreu li tint sun uncle Guinemer.
La veïsez tant chevaler plorer,
350Ki tuit li dient : « Tant mare fustes ber !
En la cort al rei mult i avez ested,
Noble vassal vos i solt hom clamer.
Ki ço jugat que doüsez aler
Par Charlemagne n’ert guariz ne tensez.
355Li quens Rollant nel se doüst penser,
Que estrait estes de mult grant parented. »
Enprès li dient : « Sire, car nos menez ! »
Ço respunt Guenes : « Ne placet Damnedeu !
Mielz est que sul moerge que tant bon chevaler.
360En dulce France, seignurs, vos en irez :
De meie part ma muiller saluez,
E Pinabel, mun ami e mun per,