Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


E Baldewin, mun filz que vos savez ;
E lui aidez e pur seignur le tenez. »
365Entret en sa veie, si s’est achiminez. AOI.

XXVIII

Guenes chevalchet suz une olive halte,
Asemblet s’est as sarrazins messages,
Mais Blancandrins ki envers lu s’atarget ;
Par grant saveir parolet li uns a l’altre.
370Dist Blancandrins : « Merveilus hom est Charles,
Ki cunquist Puille e trestute Calabre !
Vers Engletere passat il la mer salse,
Ad oes seint Perre en cunquist le chevage :
Que nus requert ça en la nostre marche ? »
375Guenes respunt : « Itels est sis curages.
Jamais n’ert hume ki encuntre lui vaille. » AOI.

XXIX

Dist Blancandrins : « Francs sunt mult gentilz home
Mult grant mal funt e cil duc e cil cunte
A lur seignur, ki tel cunseill li dunent :
380Lui e altrui travaillent e cunfundent. »
Guenes respunt : « Jo ne sai veirs nul hume,
Ne mès Rollant, ki uncore en avrat hunte.
Er matin sedeit li emperere suz l’umbre,
Vint i ses niés, out vestue sa brunie,
385E out predet dejuste Carcasonie ;
En sa main tint une vermeille pume :
Tenez, bel sire, dist Rollant a sun uncle,
De trestuz reis vos present les curunes.