Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XL

520Ço dist Marsilies : « Guenes, par veir sacez,
En talant ai que mult vos voeill amer.
De Carlernagne vos voeill oïr parler.
Il est mult vielz, si ad sun tens uset ;
Men escient dous cenz anz ad passet.
525Par tantes teres ad sun cors demened,
Tanz colps ad pris sur sun escut bucler,
Tanz riches reis cunduiz a mendisted :
Quant ert il mais recreanz d’osteier ? »
Guenes respunt : « Carles n’est mie tels.
530N’est hom kil veit e conuistre le set
Que ço ne diet que l’emperere est ber.
Tant nel vos sai ne preiser ne loer
Que plus n’i ad d’onur e de bontet.
Sa grant valor, kil purreit acunter ?
535De tel barnage l’ad Deus enluminet
Meilz voelt murir que guerpir sun barnet. »

XLI

Dist li païens : « Mult me puis merveiller
De Carlemagne, ki est canuz e vielz !
Men escientre dous cenz anz ad e mielz.
540Par tantes teres ad sun cors traveillet,
Tanz cols ad pris de lances e d’espiez,
Tanz riches reis cunduiz a mendistiet :
Quant ert il mais recreanz d’osteier ?
— Ço n’iert, » dist Guenes, « tant cum vivet sis niés :
545N’at tel vassal suz la cape del ciel.
Mult par est proz sis cumpainz, Oliver ;