Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sans peur, et qui ne craignent pas la mort. L’empereur s’en retourne en France : sous son manteau il cache son angoisse. Auprès de lui le duc Naimes chevauche, qui lui dit : « Qu’est-ce donc qui vous tourmente ? » Charles répond : « Qui le demande m’offense. Ma douleur est si grande que je ne puis la taire. Par Ganelon France sera détruite. Cette nuit une vision me vint, de par un ange : entre mes poings Ganelon brisait ma lance : or voici qu’il a marqué mon neveu pour l’arrière-garde. Je l’ai laissé dans la marche étrangère. Dieu ! Si je le perds, jamais je n’aurai qui le remplace. »

LXVIII

Charlemagne pleure, il ne peut s’en défendre. Cent mille Français s’attendrissent sur lui et tremblent pour Roland, remplis d’une étrange peur. Ganelon le félon l’a trahi : il a reçu du roi païen de grands dons, or et argent, ciclatons et draps de soie, mulets et chevaux, et chameaux et lions. Or Marsile a mandé par l’Espagne les barons, comtes, vicomtes et ducs et almaçours, les amirafles et les fils des comtors. Il en rassemble en trois jours quatre cent mille, fait sonner ses tambours par Saragosse. On dresse sur la plus haute tour Mahomet, et chaque païen le prie et l’adore. Puis, à marches forcées, par la Terre Certaine, tous chevauchent, passent les vaux, passent les monts : enfin ils ont vu les gonfanons