Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


La Tere Certeine e les vals et les munz :
De cels de France virent les gunfanuns.
La rereguarde des .XII. cumpaignuns
Ne lesserat bataille ne lur dunt.

LXIX

860 Li niés Marsilie, il est venuz avant
Sur un mulet od un bastun tuchant.
Dist a sun uncle belement en riant :
« Bel sire reis, jo vos ai servit tant,
Sin ai oüt e peines e ahans,
865Faites batailles e vencues en champ !
Dunez m’un feu, ço est le colp de Rollant ;
Jo l’ocirai a mun espiet trenchant.
Se Mahumet me voelt estre guarant,
De tute Espaigne aquiterai les pans
870Des porz d’Espaigne entresqu’a Durestant.
Las serat Carles, si recrerrunt si Franc ;
Ja n’avrez mais guere en tut vostre vivant. »
Li reis Marsilie l’en ad dunet le guant. AOI.

LXX

Li niés Marsilies tient le guant en sun poign,
875Sun uncle apelet de mult fiere raisun :
« Bel sire reis, fait m’avez un grant dun.
Eslisez mei .XII. de voz baruns,
Sim cumbatrai as .XII. cumpaignuns. »
Tut premerein l’en respunt Falsaron,
880Icil ert frere al rei Marsiliun :