Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LXXV

De l’altre part est Escremiz de Valterne.
Sarrazins est, si est sue la tere.
Devant Marsilie s’escriet en la presse :
« En Rencesvals irai l’orgoill desfaire.
935Se trois Rollant, n’en porterat la teste,
Ne Oliver, ki les altres cadelet.
Li .XII. per tuit sunt jugez a perdre.
Franceis murrunt e France en ert deserte.
De bons vassals avrat Carles suffraite. » AOI.

LXXVI

940D’altre part est uns paiens, Esturganz ;
Estramariz i est, un soens cumpainz :
Cil sunt felun, traïtur suduiant.
Ço dist Marsilie : « Seignurs, venez avant !
En Rencesvals irez as porz passant,
945Si aiderez a cunduire ma gent. »
E cil respundent : « A vostre comandement !
Nus asaldrum Oliver e Rollant ;
Li .XII. per n’avrunt de mort guarant.
Noz espees sunt bones e trenchant ;
950Nus les feruns vermeilles de chald sanc.
Franceis murrunt, Carles en ert dolent.
Tere Majur vos metrum en present.
Venez i, reis, sil verrez veirement :
L’empereor vos metrum en present. »

LXXVII

955Curant i vint Margariz de Sibilie ;
Cil tient la tere entre qu’as Cazmarine.