Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19

derrière la salle des Thermes qui vient d’être décrite, une autre salle moins étendue, dont la voûte était de même chargée d’une épaisse couche de terre, et cultivée en jardin. Elle a été démolie, dit M. Bonami, en 1737[1].

Les eaux des Thermes provenaient d’Arcueil, village situé au midi et à deux lieues de Paris, et qui doit son nom aux arches ou arcades de l’aqueduc romain, dont une partie subsiste encore auprès de l’aqueduc moderne[2]. Ces restes antiques offrent des masses assez considérables de maçonnerie romaine, semblable à celle du palais des Thermes.

  1. Mémoire de l’Académie des Inscriptions, T. 15, pag. 679.
  2. Celui-ci, construit sur les dessins de La Brosse, par ordre de la reine Marie de Médicis, a été entièrement terminé en 1624.