Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
31

Ainsi Gisla et Rotrude purent mettre à profit cette retraite forcée, pour satisfaire leur amour de la science, dans les lieux mêmes, habités, quelques années auparavant, par le célèbre et savant AlcuinK.

Pendant le ixe siècle, les Normands qui, remontant le cours de la Seine, étaient venus assiéger Paris, ruinèrent en partie le palais des Thermes. Des restes imposans de cet édifice avaient cependant survécu à leurs dévastations, car Jean de Hauteville en fait encore une description pompeuse, en 1180 : « Ce palais, dit-il, dont les cimes s’élèvent jusqu’aux cieux, et dont les fondemens atteignent l’empire des morts… » Toutefois, ses jardins et ses appartemens inhabités ne servaient plus que d’asile au brigandage des voleurs, ou au