Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32

libertinage de quelques femmes perdues.

Explicat aula sinus, montemque amplectitur alis,
Multiplici latebrâ scelerum tersura ruborem ;
…………pereuntis sæpe pudoris
Celatura nefas, Venerisque accomoda furtis.
[1]

En 1218, Philippe-Auguste fit don de ce palais à Henry, son chambellan, pour douze deniers Parisis de cens, en considération de ses services[2]. « Nous donnons à perpétuité, porte l’acte de donation, le palais des Thermes, Palatium de Terminis, que possédait Simon de Poissy, avec le pressoir situé dans le même palais[3]. »

  1. Architrenius Joannis Âltavillæ, lib. 4, cap. 8, de Àulâ in montis vertice constitutâ.
  2. Piganiol, Description historique de Paris, T. 6, pag. 311.
  3. Mémoires de l’Académie des Inscriptions, T. 15, pag. 681 (note).