Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
49

et de ses hommes d’armes. Le maréchal de Montmorency, gouverneur de Paris, résolut de profiter de cette occasion pour satisfaire son inimitié contre le cardinal en humiliant son orgueil. Sous le prétexte que le roi Charles IX avait défendu tout port d’armes dans la capitale, et quoique Charles de Lorraine fût affranchi de cette prohibition, le maréchal alla à sa rencontre, suivi d’une troupe nombreuse, pour disperser le cortège de son ennemi. Lorsque les deux partis furent en présence, le cardinal voulut passer outre, et l’on en vint aux mains : après quelques minutes de combat, l’escorte du prélat se débanda, et Charles lui-même fut obligé de prendre la fuite, et de se cacher sous le lit d’une servante dans l’arrière-boutique d’un marchand de la rue Trousse-Vache. Le soir, à la faveur des ténèbres, il put gagner l’hôtel de Cluny, où il demeurait. Durant quelques