Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
50

jours, les soldats du maréchal passèrent devant sa porte en proférant des injures et des menaces, de sorte que ne se croyant pas encore en sûreté, le cardinal se retira à Meudon[1]. Les huguenots firent longtemps de cette anecdote un sujet de raillerie contre Charles de LorraineR.

Sous le règne de Henri III, des comédiens s’établirent à l’hôtel de Cluny. C’était sans doute une de ces troupes, récemment arrivées d’Italie, et dont les représentations attiraient une telle affluence, que, s’il faut en croire l’Étoile, les quatre meilleurs prédicateurs de Paris, n’en avoient tous ensemble autant quand ils préchoient[2].

  1. Voyez Mézerai, Abrégé chronologique, T. 5, p. 86. — De Thou, liv. 36, p. 743. — Lelaboureur, Additions aux mémoires de Castelnau, T. 2, p. 377. — Saint-Foix, Essais sur Paris, T. 1er, p. 325.
  2. Journal de Henri III (1577).