Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
56

aux charges, clauses et conditions y contenues ; si vous mandons que ces présentes vous ayez à enregistrer, et du contenu en icelles, faire jouir et user notre dit cousin et ses successeurs en ladite abbaye, car tel est notre plaisir. » Donné à Versailles, etc.[1]

Lors de la confiscation des biens du clergé, le cardinal de la Rochefoucault fut exproprié de l’hôtel de Cluny, qui devint propriété nationale. Plus tard, les membres composant l’administration du département de la Seine, aliénèrent cette maison, qui passa successivement en la possession de M. Baudot, médecin, ex-législateur, et enfin de M. Leprieur, l’un des patriarches de la librairie moderne.

  1. Ces lettres-patentes font partie des titres de propriété de l’hôtel de Cluny.