Page:Bellocq - Effets physiologiques de la naphtaline.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


rouge. Dans l’intestin grêle, la muqueuse présente vers les premières portions des arborisations et des plaques rouges dont la surface varie entre un demi et un centimètre carré. Au fur et à mesure qu’on se rapproche du gros intestin, la coloration rouge est plus étendue, et en arrivant dans cette dernière partie, elle est uniforme. Vers les portions les plus postérieures, cette coloration est foncée ; enfin, dans les parties qui précèdent le rectum, et dans celui-ci, les vaisseaux sont saillants et se montrent en relief, les veines ont une couleur complètement noire. Il y a un peu d’entérorrhagie. En résumé, l’inflammation va en augmentant des premières aux dernières parties de l’intestin.

Le foie est plus développé qu’à l’état normal, il est à peu près deux fois plus gros. La rate et le pancréas n’offrent aucune altération qui doive être signalée.

Appareil urinaire. — Les reins ne montrent rien de particulier. La vessie à ses dimensions les plus restreintes. La muqueuse est en contact avec elle-même dans toute son étendue ; elle à une teinte rose qui indique une légère inflammation.

Cavité thoracique. — Le cœur à son volume ordinaire ; ses cavités sont parfaitement nettes, cet organe ne présente aucune lésion. Les vaisseaux ne montrent non plus aucune altération pathologique.

Les poumons ont une belle couleur rosée, de nombreuses incisions dans leur masse démontrent la parfaite santé de ces organes. La trachée et le larynx sont aussi parfaitement sains.

Encéphale. — Les méninges sont injectées ; la substance cérébrale aussi montre une trace de l’irritation qui l’a atteinte, l’hypérémie sablée existe sur toute sa masse.