Page:Bellocq - Effets physiologiques de la naphtaline.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Ces considérations m’ont conduit à me demander si la naphtaline, qui n’est qu’un caput mortuum dans nos usines à gaz, où elle se forme, ne pourrait trouver une application dans notre médecine. Malheureusement, il m’a été impossible d’étudier les divers points de cette question ; je ne puis en présenter qu’une première partie (les effets physiologiques de la naphtaline), me réservant de la continuer plus tard.

Pour rendre le sujet plus intéressant, il m’a semblé qu’il serait bon de rappeler d’abord les propriétés physiques et chimiques de ce corps, puis d’exposer l’étude de ses effets physiologiques, enfin de signaler les principales indications thérapeutiques auxquelles on a pensé qu’il pourrait satisfaire.

Tel est le plan de notre travail.

C.B.