Page:Benserade - Poésies, éd. Uzanne, 1875.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
IX
PRÉFACE

un grand génie, nous penserons qu’une telle louange revient à Corneille, et que Benserade, par son talent, n’est pas indigne de la réimpression que nous lui accordons aujourd’hui.

« Jamais on ne vit personne s’élever à si peu de frais que le poëte Benserade, dit Paul de Musset[1], et c’est presque le seul homme de mince origine qui ait marché de front avec les grands à la cour de Louis XIV. »

En effet, Isaac de Benserade naquit en 1612 à Lyons-la-Forêt, petite ville de Normandie, où son père était modeste employé des domaines. De famille huguenote[2], il fut baptisé au temple des gens de sa religion et eut nom Isaac.

Bien que jeune, Benserade, qui prévoyait peut-être sa destinée et le tort que lui ferait une religion contraire aux croyances de la cour, abjura, et fut confirmé à huit ans par l’évêque de Dardanie.

Ce prélat, désirant lui voir changer son nom juif contre un autre plus conforme au catholicisme, pressait fort le jeune Isaac à ce sujet.

  1. Extravagants et originaux du XVIIe siècle, par Paul de Musset.
  2. Certains auteurs prêtent à Benserade une généalogie superbe, et le font descendre des anciens seigneurs de Malines. Moréri, dans son Dictionnaire, dit que Benserade était issu de Paul de Benserade, seigneur de Chépi, chambellan du roi Louis XII ; et M. Pavillon, dans son Éloge de Benserade, à l’Académie française, parle également de sa haute naissance. Nous ne nous arrêterons pas à ce sujet.