Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



BÉJAREC LE FAISEUR D’ENFANTS


Vous rappelez-vous l’aventure de cette Américaine extravagante qui amena un jour ses deux filles à Victor Hugo pour que le grand poète daignât semer un peu de la graine de génie lyrique dans la race yankee ? Malgré les affirmations les plus positives, je n’avais jamais beaucoup cru à cette histoire paradoxale. Mais j’avoue que je suis très ébranlé depuis que je connais Béjarec, « le faiseur d’enfants ».

Yan Béjarec a aujourd’hui soixante-seize ans passés ; il n’exerce plus. Mais pendant trente années, il a propagé l’espèce humaine dans nos villages. Comment vous expliquer cela, ô raffinés de la ville, dont tant de romans subtils et de comédies bourgeoises ont faussé la philosophie naturelle et dévoyé le sens moral ? Magistrats de mon pays qui, en pleine crise de