Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dépopulation, autorisez encore le mari infertile à tuer les amants de sa femme, et vous, prédicateurs de la scène, qui ne voulez pas voir que l’adultère n’est, le plus souvent, qu’une reprise normale de la nature, souffrez que je vous présente ce vieux Celte d’Yan Béjarec, coq des poules qui n’en ont pas, et le plus honnête des hommes.

Pour avoir le prétexte de lui laisser quelque monnaie dans la main, car il est pauvre, je lui fais quelquefois poser la barbe et les cheveux, qu’il a encore magnifiques. Par la surabondance pileuse, il ressemble au Jupiter Olympien de Phidias, ce type indétrônable de la beauté mâle, et le père de tous les dieux. Béjarec, à trente ans, devait être prodigieux, et rien de ce qu’on en raconte ici ne m’étonne. Or, la nature, toujours inexorablement logique, avait doublé sa puissance attractive d’une vertu d’étalon qui en était l’expression même, si j’ose pénétrer ses mystères, et lui fatalisait sa destinée terrestre. Il était de toute éternité créé pour tenir tête au malthusianisme. Quant au reste, zéro, et le vieux Yan est plus bête encore que cent choux qui pomment ! Qu’eût-il fait de l’esprit, le bon être, puisque c’est, de nos attributs, celui que la femme prise le moins ?