Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


après, une servante vint prier le faiseur d’enfants de vouloir bien se rendre au plus tôt chez une dame du bourg qui désirait lui parler. Il y alla, étant serviable comme pas un. Or, cette dame était en grand deuil d’un mari qu’elle venait d’enterrer. Elle conta à Béjarec que toute la fortune du défunt lui échappait parce que, mariée sous un régime qu’elle lui expliqua vainement, elle n’avait pas d’enfant de son époux.

— La loi, lui dit-elle, m’accorde dix mois encore pour en présenter un à notre notaire, moyennant quoi je puis avoir comme tutrice tous les biens que je perds comme femme.

Et elle ajouta tristement :

— Comptez sur ma reconnaissance !

Lorsque Yan eut enfin compris de quoi il s’agissait, il jugea inutile d’aller prendre avis de Marie-Anne. Il connaissait son cœur, et le temps pressait. Séance tenante, il investit la veuve de l’héritage. Le petit présent qu’il reçut d’elle à cette occasion servit à acheter des souliers à sa marmaille régulière.

Ce nouveau succès établit définitivement le renom prolifique d’Yan Béjarec, car, outre qu’il flattait la haine que les terriens ont pour les chicanes de la loi, on se contait à l’oreille avec