Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


lement vécu ma vie, depuis lors annexé à la périphérie, et comme suburbain encore, était un bois véritable ou plutôt un parc, semé de maisonnettes ouvrant sur des jardinets débordants de lilas de Perse et que traversait l’avenue dite des Ternes, charmille d’acacias. C’était donc des grappes roses ou blanches et des gerbes violettes qu’ébranchait la caronade giratoire, et la large voie en était pleine.

Des aides cocasses et hilares de l’hoffmannesque canonnier, spécimens du type populaire de Gavroche, point de portraits à faire, n’est-ce pas, après l’auteur des Misérables ? Ils ne diffèrent point d’une zone municipale à l’autre, et le moineau franc les symbolise à merveille. Rien de plus candide dans la démoralisation, innée ou éducatrice, de plus sensible même dans le fatalisme, que ces petits Parigots, modelés du limon de la bonne Lutèce, qui pleurent sans larmes, en dedans, rient sans joie, comme le singe, et à qui, dès quatorze ans, la vie n’a plus rien à enseigner. Bibi et Coco, d’ailleurs inséparables, en avaient acquis les premières notions à la fréquentation d’abord des chiens errants, qui sont d’admirables modèles, puis au bal Dourlans, de démocratique souvenance, où j’ai assisté, moi qui vous parle,