Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à des cours pratiques de rossignolisme, entremêlés de chorégraphie pour les deux sexes, qui ont donné bien des colons à la Nouvelle-Zélande. Pour diversifier un peu cette instruction libre et sommaire, les parents des jeunes chicards avaient eu recours au vieux moyen pédagogique de nos pères, encore accrédité dans la banlieue, et ils avaient prié l’abbé Garbut, troisième vicaire de la paroisse, de catéchiser leur progéniture, c’est-à-dire de les mettre au catéchisme, livre abrégé du bien et du mal.

Tout m’oblige à constater qu’ils n’y avaient point du tout mordu. Les cours s’étaient espacés dès le début de l’initiation, et Dourlans avait repris ses disciples. Mais lorsqu’ils rencontraient l’abbé sous les acacias, Bibi et Coco lui tiraient gentiment leur casquette, dont les ponts montaient de jour en jour. Un si brave homme, le troisième vicaire, et doux, et charitable, et simple, même d’esprit, comme le Rédempteur veut ses apôtres. Sa dévotion à la sainte Vierge Marie n’en laissait rien à celle des bonnes gens du moyen âge, et, préposé spécialement à sa chapelle, jamais il n’en laissait l’autel sans fleurs, fût-ce l’hiver, où elles sont rares et coûteuses. A plus forte raison en mai, qui est le mois de la Madone.