Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


renoncé à venger Patrocle, Salomon eût laissé couper l’enfant, Napoléon eût maudit le soleil d’Austerlitz, s’il leur avait fallu être et se montrer Napoléon, Salomon et Achille dans les conditions épouvantables où je pris, au Mans, le train 1227 pour courir à Paris me faire arracher, ou guérir, la molaire que j’ai l’honneur de déposer devant vous.

« Monsieur le président, prenez ce petit os, et que mes concitoyens du jury se le repassent de mains en mains. Il est froid, il est calmé, mais il a contenu un Érostrate, voire un Omar, car, je le dis, quoique religieux et lettré, j’aurais, lorsque je tombai, plutôt que je ne m’assis, dans le compartiment 184, brûlé le temple de Delphes et la bibliothèque d’Alexandrie sans hésiter, si de telles horreurs avaient pu me soulager une seconde. Et vous en auriez fait autant, tout magistrats que vous êtes, car la capacité de souffrir a des bornes et l’héroïsme s’arrête au mal de dents !…

Il s’arrêta. Une rumeur sympathique avait couru de l’auditoire au prétoire ; elle fit onduler le banc des jurés. Tous avaient la main aux mâchoires. Ils se souvenaient. Les yeux disaient, par les regards échangés, qu’il y avait là un de ces cas d’exception où la justice des