Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des maux que la nature inflige à l’espèce. Je ne parlerai que devant le jury et le peuple des assises. Ils me jugeront devant le Christ en croix !

L’assassin tint parole. Il refusa l’aide de tout avocat. Il aurait refusé celle des anges. Il s’avança seul à la barre et, ayant décliné ses noms et qualités, il renouvela l’aveu complet de sa culpabilité sans complices.

— Voici, fit-il. Il est des maux dont la douleur peut être domptée par des héros ; l’histoire l’enseigne. Mais il en est qui n’ont pas eu, qui jamais n’auront de Régulus. L’histoire, que dis-je, la mythologie, ne cite personne qui ait résisté au mal de dents. Et si elles en citaient, on ne les croirait point, car elles mentiraient ! Je vous en prends tous à témoins, messieurs et mesdames, et vous aussi, augustes membres de la Cour suprême, qui, sur la solidarité de l’odontalgie, n’avez pas besoin d’en référer au vers immortel de Térence. Dites s’il est possible, homme, demi-dieu et dieu même, de rester impassible, lorsque toutes les affres hyper-naturelles rêvées par une Inquisition pour l’enfer de ses damnés, se réalisent et se centralisent dans l’alvéole d’une gencive en feu sur un croc d’ivoire carié ! Achille devant Troie eût