Page:Bergerat - Souvenirs d’un enfant de Paris, vol. 1, 1911, 3e mille.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


teurs herculéens attendaient dans la cour le moment de transporter au Salon, qui s’ouvrait le lendemain, cette toile démesurée, dont Kæmmerer, de son petit marteau, assurait encore les quatre angles. D’ailleurs, elle y ameuta les foules et la potence y eut sa part de gloire, elle criait de vérité. Comme la critique d’alors l’attribua à Léon Bonnat, je la réclame, dûment.