Page:Bergerat - Souvenirs d’un enfant de Paris, vol. 1, 1911, 3e mille.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XV

UN MODÈLE


Les modèles jouent assurément un rôle considérable dans la vie des artistes, peintres ou statuaires, et ce rôle, il serait puéril de le dissimuler, est le plus souvent celui que leur prêtent les familles bourgeoises. Les belles créatures de Dieu, aux formes d’élite, ne traversent pas impunément les ateliers, et l’on ne « pose » pas la Beauté sans s’exposer à l’amour qu’elle inspire. Il y a eu de grandes passions entre artistes et modèles ; il y en a même d’immortelles et l’enseignement ne sépare plus Raphaël de sa Fornarina, qui n’était pourtant qu’une maîtresse. Ceci dit pour démontrer une fois de plus que, dans les sociétés bien faites, la vertu qui en est la base n’étaie ses règles que sur leurs exceptions. Si l’on s’en tenait strictement aux préceptes publics du Code, il n’y aurait ni romans, ni pièces, ni poèmes — car les Nuits de Musset, par exemple, sont un grand scandale en morale, et les peintres de nu se