Page:Bergerat - Souvenirs d’un enfant de Paris, vol. 1, 1911, 3e mille.djvu/430

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Toujours est-il que, placé entre deux devoirs sentimentaux qui se contrecarraient l’un par l’autre, le maître jugeait plus équitable de résister aux pressions de Me Fovard et d’équilibrer, par leur simple naturalisation légale, les intérêts de ses trois enfants de deux lits. Mon opinion est qu’en ceci il obéit aux préceptes de la grande morale, que la petite tue, a dit Mirabeau.

Le lendemain, à l’heure dite, le pauvre Catulle Mendès vint donc rue de Longchamp reprendre sa place de famille. Il était fort troublé et il craignait le premier choc du père, qui ne l’était pas moins que lui. Une partie de volants organisée sur la terrasse, et où les volants tombaient peu sur les raquettes, nous mena jusqu’au son de la cloche et, à table, nous étions dix, Zoé, Lili, Théophile et sa femme, Catulle et la sienne, moi et ma fiancée, Ernesta, Eugénie, de chaque côté du maître, patriarche binube, entouré de sa postérité, c’est-à-dire douze, avec Éponine.