Page:Bergerat - Souvenirs d’un enfant de Paris, vol. 3, 1912.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IV

DANIEL VIERGE


Le Musée des Arts décoratifs ouvrait l’exposition de l’œuvre de Daniel Vierge, à l’heure même où ce grand artiste vint occuper sa place dans mes Souvenirs. Ainsi, peintre passionné de la vie, se réveilla-t-il encore à la diane de l’actualité.

Grand artiste, Daniel Vierge le fut, rien n’est moins douteux, et par conséquent, il le demeure ; une visite au Pavillon de Marsan aura suffi d’ailleurs pour vous en convaincre. Pour mon compte, je n’ai jamais ressenti en présence d’aucun autre fils des Muses, sensation plus magnétique du génie. Elle s’activait en outre d’un charme physique, propre à ces êtres privilégiés, que la Nature, toujours explicite, contresigne du don de beauté, et qui le marquait comme Alphonse Daudet dans sa jeunesse. Aveugle qui se trompe au contrôle des fées !

J’ai dans les yeux, comme d’hier, ma première rencontre, à La Vie Moderne, avec ce superbe jeune