Page:Berlioz - À travers chants, 1862.djvu/293

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


avoir été à peu près la même partout. La différence qui existe aujourd’hui entre le ton des divers orchestres d’une même ville et entre celui des orchestres de pays séparés par des distances considérables ne constitue en général que des nuances qui n’empêchent point de réunir quelquefois ces orchestres et d’en former, au moyen de certaines précautions, une grande masse instrumentale dont l’accord est satisfaisant. S’il y avait, ainsi qu’on le répète souvent à Paris, une grande dissemblance entre les diapasons de l’Opéra, de l’Opéra-Comique, du Théâtre-Italien et des musiques militaires, comment eussent été possibles les orchestres de sept à huit cents musiciens qu’il m’est arrivé si souvent de diriger dans les vastes locaux des Champs-Elysées, après les expositions de 1844 et de 1855, et dans l’église de Saint-Eustache, puisque les éléments de ces congrès musicaux se composaient nécessairement de presque tous les instrumentistes disséminés dans les nombreux corps de musique de Paris ?

Les festivals d’Allemagne et d’Angleterre, où les orchestres de plusieurs villes se réunissent fréquemment, prouvent que les différences de diapason y sont également peu sensibles et que la précaution de tirer la coulisse des instruments à vent trop hauts suffit pour les faire disparaître.

Ces différences existent cependant, si petites qu’elles soient. On en aura bientôt la preuve, la commission ayant écrit à presque tous les maîtres de chapelle, maîtres de concert et chefs d’orchestre des villes d’Europe et d’Amérique où l’art musical est cultivé, pour leur demander un exemplaire de l’instrument d’acier dont on se sert chez eux comme chez nous, sous divers noms, pour donner le la aux orchestres et accorder les orgues et les pianos. Ces diapasons contemporains, comparés aux diapasons anciens (de 1790, de 1806, etc.) que nous possédons, rendront évidente et précise la différence qui existe entre le ton d’aujourd’hui et celui de la fin du siècle dernier. En outre les vieilles orgues de plusieurs églises, à