Page:Berlioz - Les Grotesques de la musique, 1859.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


teur dont une prima donna venait de vriller le tympan.

— Le trille vocal est quelquefois d’un bon effet, comme expression d’une joie folâtre, comme imitation musicale du rire gracieux ; employé sans raison, introduit dans le style sérieux et ramené à tout bout de chant, il m’agace le système nerveux, il me rend féroce. Cela me rappelle les cruautés que j’exerçais dans mon enfance sur les coqs. Le chant triomphal des coqs m’exaspérait alors presque autant que le trille victorieux des prime donne me fait souffrir aujourd’hui. Maintes fois aussi m’est-il arrivé de rester en embuscade, attendant le moment où l’oiseau sultan, battant des ailes, commencerait son cri ridicule qu’on ose appeler chant, pour l’interrompre brusquement et souvent pour l’étendre mort d’un coup de pierre. »

Plus tard, je me corrigeai de cette mauvaise habitude, je me bornai à couper le cri du coq d’un coup de fusil. Aujourd’hui l’explosion d’une pièce de quarante-huit suffirait à peine à exprimer l’horreur que le trille des coqs du chant m’inspire en mainte circonstance.

Le trille vocal est en général aussi ridicule en soi, aussi odieux, aussi sottement bouffon que les flattés, les martelés et les autres disgrâces dont Lulli et ses contemporains inondèrent leur lamentable mélodie. Quand certaines voix de soprano l’exécutent sur une note aiguë, il devient furieux, enragé, atroce, (l’auditeur bien plus encore) et un canon de cent dix, alors, ne serait pas de trop.

Le trille des voix graves, au contraire, sur les