Page:Bernanos - Journal d’un curé de campagne.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
322
JOURNAL

de suie percée d’ouvertures si étroites qu’elles ressemblaient à des meurtrières. Évidemment, je m’étais fait une idée très différente du professeur Lavigne et de son logis. La petite pièce me semblait vraiment malpropre, et je ne sais pourquoi — ces jouets brisés, cette poupée, me serraient le cœur. — « Rhabillez-vous, » m’a-t-il dit.

Une semaine plus tôt je me serais attendu au pire. Mais depuis quelques jours, je me sentais tellement mieux ! C’est égal, les minutes m’ont paru longues. J’essayais de penser à M. Olivier, à notre promenade de lundi dernier, à cette route flamboyante. Mes mains tremblaient si fort qu’en me rechaussant, j’ai cassé deux fois le lacet de mon soulier.

Le docteur marchait de long en large à travers la pièce. Enfin il est revenu vers moi en souriant. Son sourire ne m’a rassuré qu’à demi. — « Hé bien, voilà, j’aimerais autant une radio. Je vous donnerai une note pour l’hôpital, service du docteur Grousset. Malheureusement, il vous faudrait attendre jusqu’à lundi. » — « Est-ce bien nécessaire ? » Il a hésité une seconde. Mon Dieu, il me semble qu’à ce moment-là j’aurais entendu n’importe quoi sans broncher. Mais, je le sais par expérience, lorsque s’élève en moi ce muet, ce profond appel qui précède la prière, mon visage prend une expression qui ressemble à celle de l’angoisse. Je pense maintenant que le docteur s’y est mépris. Son sourire s’est accentué, un sourire très franc, presque affectueux. — « Non, a-t-il dit, ce