Page:Bernanos - Journal d’un curé de campagne.djvu/372

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
362
JOURNAL

dire car l’ignorance incompréhensible, l’ignorance surnaturelle de son cœur est de celles que garde un ange. N’est-ce pas trop qu’elle n’apprenne de personne à lever ses yeux courageux vers le Regard de toutes les Résignations ? Peut-être Dieu aurait-il accepté de moi le don sans prix d’une main qui ne sait pas ce qu’elle donne ? Je n’ai pas osé. M. le curé de Torcy fera ce qu’il voudra.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

J’ai dit mon chapelet, la fenêtre ouverte, sur une cour qui ressemble à un puits noir. Mais il me semble qu’au-dessus de moi l’angle de la muraille tournée vers l’est commence à blanchir.

Je me suis roulé dans la couverture que j’ai même rabattue un peu sur ma tête. Je n’ai pas froid. Ma douleur habituelle ne m’éprouve plus, mais j’ai envie de vomir.

Si je pouvais, je sortirais de cette maison. Cela me plairait de refaire à travers les rues vides le chemin parcouru ce matin. Ma visite au docteur Laville, les heures passées dans l’estaminet de Mme Duplouy, ne me laissent à présent qu’un souvenir trouble et dès que j’essaie de fixer mon esprit, d’en évoquer les détails précis, j’éprouve une lassitude extraordinaire, insurmontable. Ce qui a souffert en moi alors n’est plus, ne peut plus être. Une part de mon âme reste insensible, le restera jusqu’à la fin.

Certes, je regrette ma faiblesse devant le docteur Laville. Je devrais avoir honte de