Page:Bernard - Godfernaux - Triplepatte (1906).djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
3
ACTE PREMIER

LE DOCTEUR.

Oui, et, s’il ne va pas mieux, ça ne sera pas un mauvais signe.


MADAME ALFREDA.

Ah !


LE DOCTEUR.

L’aggravation est un aussi bon signe que l’amélioration… Et l’état stationnaire est également un excellent indice.


MADAME ALFREDA.

Vraiment, j’aurais cru…


LE DOCTEUR.

Allez, marchez ! marchez !…


MADAME GAUDIN, s’arrêtant, essoufflée.

Docteur, il y a dix minutes au moins que je marche !


LE DOCTEUR.

Mais non, mais non ! je vous ai vu arriver au quart, il est à peine vingt. (À Madame Verdier.) Vous, madame Verdier, arrêtez-vous un peu. (Madame Verdier s’arrête.) Eh bien ! avez-vous dormi cette nuit ?


MADAME VERDIER.

Très bien, docteur, je n’ai fait qu’un somme.


LE DOCTEUR.

Bon ! bon ! c’est le traitement. Allez, marchez encore deux minutes. (Coups de cloche.) Halte !


MADAME GAUDIN.

Voici l’heure du macaroni.