Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
61
THÉORIE DU SKI ET MÉTHODE D’INSTRUCTION.

fortement la jambe postérieure, dont le talon est levé (fig. 30).

Observation. Il est essentiel de conserver rigoureusement les skis parallèles
Fig. 30. — Descente sur forte pente.

et à environ une demi-largeur de ski, et d’éviter la raideur. Sur neige collante ou sur pente trop faible, on accroîtra sensiblement la vitesse, en reportant alternativement l’un et l’autre ski en avant et se donnant de l’élan par une vive pression exercée sur le ski postérieur.

Il ne faut pas confondre ce mode de glissement avec la marche en patinage, qui, pratiquée sur couche de neige de faible épaisseur et un peu foulée, a aussi pour effet d’accentuer la vitesse, mais est basée sur les principes suivants : se pousser dans une direction un peu oblique, tantôt vers la droite par une pression opérée sur le ski gauche déversé en dedans, tantôt vers la gauche par une pression sur le ski droit.

Aussitôt la poussée effectuée sur un ski, celui-ci est soulevé et maintenu en l’air plus ou moins longtemps avant d’être reporté en avant. En patinant sur un pied plus longtemps que sur l’autre, on dévie sa course du même côté.