Page:Bernard - La science expérimentale.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


templent émues, ira réveiller leur ardeur, leur inspirer l’amour de la vérité, l’ambition de la gloire et le dédain de la fortune.

Les forces morales de la France semblent menacées ; préparons des successeurs à ces grands hommes, presque tous enlevés avant l’heure! Ouvrons la route à leurs émules, à ces génies naissants que nos vœux appellent et que réclament nos rangs décimés.

Claude Bernard s’écriait, au souvenir des misères que tous les savants ses contemporains ont partagées ; « L’étude de la physiologie exige deux choses : le génie qui ne se donne pas et les ressources matérielles qu’un vote des pouvoirs publics suffirait à lui assurer. La physiologie française ne réclame que des moyens de travail, le génie qui les mettrait à profit ne lui a jamais manqué. » Toutes les sciences pourraient tenir le même langage.

Adieu, Claude Bernard, vous que les