Page:Bernard - La science expérimentale.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


semble des fonctions qui résistent à la mort ? » Sans en révéler la secrète nature, n’apprenait-il pas à préciser les formes que la vie revêt dans chacun des éléments dont se composent nos tissus, à considérer comme l’expression sensible de la vie, ces mouvements de destruction et de rénovation dont ils sont le théâtre ; leur arrêt comme le signe certain de la mort ?

Magendie n’ouvrait-il pas enfin la route à la physiologie expérimentale , devenue entre les mains de Claude Bernard, son élève, une science nouvelle ? Empruntant et la physique et à la chimie ses instruments et ses méthodes, sans oublier que les forces dont elles disposent vont s’exercer sur des êtres doués de vie, n’est·ce pas Claude Bernard qui l’a portée au rang des sciences exactes. et qui la laisse rivalisant de certitude et d’autorité avec celles qui opèrent sur la matière brute ?

Parmi tant de découvertes, auxquelles