Page:Bertillon - Identification anthropométrique (1893).djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
111
DESCRIPTION DE LA MARQUE

masqué que l’on ne peut néanmoins arriver à déchiffrer, on ne doit jamais négliger d’ajouter la mention : vraisemblablement eu surcharge.

Exemple : tatouage ombré vraisemblablement eu surcharge représentant Jean Bart en pied (étendant) la main droite sur un tonneau de poudre.

11. — L’effacement des tatouages, lequel ne peut être obtenu que par la destruction superficielle d’une partie de la peau, laisse toujours subsister un tissu cicatriciel dont l’aspect rappelle celui d’une ancienne brûlure et dont la forme reproduit, plus ou moins exactement, le dessin primitif. Très souvent des grains ou des plaques de tatouage non détruits restent comme témoins au milieu de la cicatrice.

Des marques de ce genre doivent être relevées avec le plus grand soin, en se conformant scrupuleusement, en ce qui regarde la forme, le sens, les dimensions et la localisation, aux prescriptions des sections suivantes. On aura soin en pareil cas de mentionner l’origine probable de la cicatrice ; exemple : cicatrice de brûlure masquant vraisemblablement un tatouage, en ajoutant, toutes les fois que cela sera possible, le genre ou la forme du tatouage que l’on supposerait avoir été effacé en tout ou en partie.

b) Forme et sens du signe

12. — Les signes particuliers et notamment les cicatrices linéaires, c’est-à-dire assimilables à une ligne, à un trait sans épaisseur, ont une forme qu’on qualifiera de rectiligne ou de courbe dans les cas les plus simples, qui sont en même temps ceux que l’on rencontre le plus souvent.

13. — Les termes de sinueux, en ligne brisée, en dents de scie, en fer de flèche, en crochet, en fer à cheval, en forme de V, de Z, de X, en + (en croix), sont d’un emploi moins fréquent.

14. — Quand aux mots ovale, oblong, circulaire, triangulaire, ils s’appliquent spécialement aux marques non linéaires, c’est-à-dire présentant une certaine étendue en longueur et en largeur.

15. — Pour les cicatrices courbes, et en général pour toutes celles qui présentent un creux, une concavité quelconque, ajouter immédiatement l’indication du sens de la cavité après celle de la forme. Nous entendons par là l’indication de la face regardée par la cavité, lorsque le sujet est supposé ramené dans la position anatomique assimilable à celle du soldat sans arme (§ 2 et suivants). Ainsi une cicatrice en forme de V sera dite à cavité supérieure, quand elle sera placée dans le sens normal de cette lettre, et à cavité inférieure, quand elle sera retournée : Λ.

16. — Examinons à ce point de vue les diverses cicatrices du sujet représenté planche 61. La cicatrice du cou, no 1, sera dite rectiligne