Page:Bertreux - De l’origine de la peste bovine.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

et en détruisant un à un tous les arguments des défenseurs de l’indigénat, il rendit un grand service non-seulement à la science, mais encore à son pays. Le savant inspecteur des écoles vétérinaires fit une étude très-minutieuse des travaux allemands et russes, et fit une enquête non moins minutieuse près des consuls et savants étrangers, et c’est à la suite de ces recherches qu’il chercha à démontrer le premier en France que la race bovine des steppes de la Russie a été la source de toutes les épizooties typhiques qui ont ravagé l’Europe occidentale. Cette idée est encore généralement acceptée, quoique sous l’influence de certains travaux étrangers elle tende à se modifier en s’élargissant. Avant de m’arrêter aux arguments que développa Renault, je vais indiquer ce que sont les steppes, quels sont les caractères particuliers de cette race qui les habite et que j’ai citée si souvent.

Les steppes sont ces vastes plaines qui s’étendent des monts Karpathes aux monts Ourals dans la Russie méridionale, et qui forment les bassins du Dniéper, du Don, du Volga, de l’Oural. Ces steppes s’étendent au-delà des Karpathes jusqu’en Hongrie, et au-delà des Ourals en Asie jusqu’à une limite inconnue.

La race dite des steppes, dont l’habitat n’est pas mieux déterminé que ne l’est la limite de ceux-ci, constitue un type parfaitement caractérisé ; elle possède des formes qu’aucune race ne partage avec elle. L’ensemble de l’animal est disgracieux, sans harmonie ; le corps est gros, trapu, à reins courts, légère-