Page:Bethléem - Romans à lire et romans à proscrire, 7e éd.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


buèrent largement… Cette volte-face n’était, hélas ! que mystification, ainsi qu’il le déclara cyniquement dans une réunion publique, en 1897 ; il fut dans cette circonstance traité de « crapule ». Le mot convient à l’homme et à ses œuvres.


Guy de Téramond, de son vrai nom Edmond Gautier, né en 1869. Outre Schmamha et Glorieuse canaille (c’est ainsi que l’auteur appelle les soldats des compagnies de discipline), il a publié des romans voluptueux et même immoraux, où il semble se complaire à d’audacieuses révélations conjugales et aux sujets les plus scabreux.

Depuis quelques années, il a appliqué son talent à d’autres travaux : il a écrit notamment L’Héroïsme en soutane pendant la guerre.


Gilbert-Augustin Thierry, fils d’Amédée Thierry et neveu d’Augustin (1843-1915). Partant de ce principe que « le roman doit être une enquête sur l'inconnu », il est arrivé à publier sur l’occultisme, la suggestion, etc., des œuvres étranges qui tendent à nier le libre arbitre : Marfa, Le palimpseste, La Tresse blonde, etc. À ajouter La Savelli, roman passionnel sous le second Empire ; La fresque de Pompëi, deux nouvelles où l’auteur expose la défaite de la volonté devant les forces irrésistibles de l’atavisme ; peintures sensuelles.


Edmond Thiaudière, ancien avocat, poète, romancier, philosophe humanitaire et publiciste, né en 1837.

Ses ouvrages, publiés sous son nom ou sous les pseudonymes de Edmond Thy, de Lord Humour, et de Frédéric Stampf, sont irréligieux ou immoraux. Ses derniers volumes La réponse du Sphinx, notes pessimistes et surtout La conquête de l’infini accusent chez l’auteur, une orientation vers les idées chrétiennes.


Marcelle Tinayre, alias Marcelle Chasteau, mariée au graveur Julius Tinayre, née en 1872. L’une des