Page:Bethléem - Romans à lire et romans à proscrire, 7e éd.djvu/127

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Max Daireaux. — Georges Denoinville, de son vrai nom Georges Besnus. — Charles Derennes. — Gaston Derys. — Diraison, alias Olivier Seylor, (1873-1916), ancien officier de marine destitué à la suite de la publication des Maritimes. — Laurent Doillet. — Georges Ducoté. — Ducray-DuminilLouis Dumur, poète et auteur de Pauline. — Victorien Dussaussay. — Henri Duvernois.

Émile Edwards. — Marc Elder. — René Emery, romancier passionnel. — Francis Enne (1844-1891), dans ses infâmes Brutalités. — Michel Epuy. — Étincelle, de son vrai nom Henriette Biard d’Aunet, comtesse de Peyronny (1848-1897), auteur de L’irrésistible, etc. — Albert Erlande. — Robert Eude.

Claude Farrère. — Max et Alex Fischer. — Flambart des Bords. — Maxime Formont, dans ses romans, nouvelles et poésies. — Ferri-Pisani, neveu de George Sand, auteur des Pervertis.

Mme Marie-Louise Gagneur (1832-1902), romancière anticléricale dont les romans furent interdits dans les bibliothèques des gares, en 1874. — Joachim Gasquet. — Louis Gastine. — Alphonse Georget. — Auguste Germain (1852-1915). — Paul Ginisty. — Emmanuel Gonzalès. — Émile Goudeau, mort en 1906. — Gustave Guitton, auteur de romans physiologiques et antialcooliques.

Charles-Henri Hirsch, dans ses œuvres de galanterie ou de pornographie. — Jules Hoche. — Clovis Hugues (1851-1907), poète, romancier et député, dans ses quelques romans (Les chansons de Jeanne d’Arc sont admirables). — Gustave Kahn, poète symboliste et romancier. — Eugène Joliclerc de Rollice.

Paul Lacour, analyste de l’âme et de la chair féminines. — Ernest Lajeunesse. — Maurice Landay, dans sa littérature chirurgicale. — Le comte Gabriel de la Rochefoucauld, descendant de l’auteur des