Page:Bibaud - L'homme qui pense, 1925.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


II.


Monsieur X…

Il est là étendu sur un divan de velours ; autour de lui tout ce que l’argent peut procurer de luxe, se retrouve, cependant sur ce visage vieilli, où les rides du mécontentement ont parcheminé tous les traits se lit le désenchantement qu’éprouve, infailliblement, un jour l’égoïste grippe-sou, n’ayant toute sa vie pensé qu’à lui ; il n’a reculé devant aucune lâcheté pour accumuler sa fortune ; rien ne l’a empêché de marcher droit au but dans cette large route menant vite aux millions, aujourd’hui il les possède ces millions ; pourquoi alors, pourquoi donc, ce dégoût, ce blasement de physionomie repoussante, blason honteux de tout être n’ayant jamais, jamais éprouvé cette lumière des natures supérieures ; le sentiment d’altruisme ; blason des nobles, des grands.

C’est la veille de Noël, le froid dur montant en fumée blanche dans l’atmosphère s’oublie, attiédi sous les rayons vivifiants d’un soleil endiamanté ; mais dans la chambre de Mr. X… malgré le pétillement des charbons contenus dans la cheminée de carrare on sent le froid du marbre, les lourds rideaux de damas obstruant la lumière, sont les vigilants facteurs tenant dans leurs mains meurtrières les humides microbes des noires maladies, dans cette pièce, malgré toutes ses richesses, en y pénétrant l’on éprouve le malaise des anémiques, des neurasthéniques, le saisissement, un peu triste de l’étranger impressionnable à son arrivée à Venise ; pourquoi ? c’est l’humidité. En restant quelques minutes dans cet endroit, l’on oublie vite son luxe, sans confort, car à peine y êtes-vous assis que vous sentez votre épiderme se recouvrir de petits gonflements donnant à votre peau l’apparence de celle de la volaille, tandis qu’un frisson imperceptible vous saisit, vous glace, telles que les sournoiseries d’une femme fausse et méchante.

Sur une table, près du maître de céans sont encombrés dans la vaisselle plate, les mets les plus succulents, les plus raffinés, entourés

­— 11 —