Page:Bibaud - Les fiancés de St-Eustache, 1910.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
10
LES FIANCÉS DE ST-EUSTACHE
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

nifier la terre, pour tanner plus de cuirs, et avoir plus d’artisans qui mettront en œuvre des produits plus abondants : semer pour avoir plus de toiles et pendant nos longs hivers, occuper utilement nos industrieuses et jolies concitoyennes, les entendre gaiement chanter et nous aider à affranchir le pays de taxes arbitraires ; tout cela se fera bien vite si ceux qui sont ici présents le veulent.

Hourra, hourra, vive Papineau, vive la nation canadienne.

Pierre se fit jour à travers les rangs pour arriver à l’orateur, celui-ci lui tendit la main.

— Quel beau discours, monsieur, s’écria le jeune homme, comme vous savez nous enthousiasmer ; je regrette d’être arrivé un peu tard.

— Ah, mon jeune ami, je suis heureux de vous voir. Ce n’est sans doute pas simplement la politique qui vous amène ici aujourd’hui ?

Pierre sourit :

— En grande partie du moins, répondit-il.

— Que fait-on à Saint-Eustache ?

— On partage vos opinions, monsieur, elles font loi, tous sont prêts à vous aider, à vous seconder.

— Alors tout va bien.

Un roulement de tambour couvrit leurs voix.

— Hourra pour Papineau.